• Laetitia Happy Family

Pour ou contre le doudou.


La question que beaucoup de parents se posent, faut-il être pour ou contre le doudou pour un bébé ou un enfant. 

Mauvaise habitude ou non?


Dans la Happy Family on ne s’est jamais pris la tête avec le doudou. Mes enfants sont passés par tous les stades. 

À la naissance et allaitant mes bébés, j’ai toujours utilisé des langes en coton au moment où je les nourrissais, posés sur mon bras, mon épaule ou derrière leurs petites têtes.

Quand la tété fut finie, généralement, je déposais mes bébés tout doucement dans leur lit et le lange suivait le mouvement. J’ai toujours eu l’impression qu’ils étaient apaisés avec.

En effet c’était mon odeur, notre odeur, caractéristique de ces moments tétés.

Du coup pendant toute la phase d’allaitement, oui, on peut dire que mes petits avaient un doudou. Et ça correspondait bien à ce que les pédopsychiatres avançaient : le doudou est l’objet qui défini une indépendance affective. Ils se sentent rassurés avec car il leur rappelle leur proche. 


Lorsqu’ils ont grandi, je ne leur laissais plus ce lange, j’optais plutôt pour des doudous colorés, pour leur éveil, avec des formes rigolotes et faciles à prendre pour leur motricité et bien entendu, tout doux s'ils voulaient se laisser aller à dormir avec. 

Là encore ça ne me gênait absolument pas qu’ils s’habituent à avoir un compagnon d’apaisement. 


Pour mes aînés, lorsqu’ils furent en âge de dormir dans leur propre chambre, je les ai toujours habitué à aller choisir leur peluche/doudou qui les apaiserait et selon eux, les protégerait la nuit.

Généralement ce doudou de nuit, nous suivait encore pour la matinée dans le salon, au petit déjeuner car encore tout endormi, ils en avaient besoin pour se réveiller tranquillement. Mais lorsque je leur apprenais à faire leur lit, je les encourageais simplement à déposer leur doudou sur leur couverture, là où était leur place selon nous. Et ça les habituait donc à réussir à s’en séparer quelques heures. 

Ça marchait bien, et ils pouvaient donc jouer, sortir, aller à l’école sans leur doudou et sans y penser tristement car ils avaient fait le choix, encouragé par maman, de le laisser sur leur lit pour le soir.


Il n’a jamais été concevable de forcer les enfants à se séparer de ce doudou. 

Nous estimons que si un enfant, un ado ou même un adulte, a besoin de cet objet pour se sentir bien, au fond où est le mal? Ça ne va pas l’empêcher d’avancer, de grandir ou d’apprendre la vie. Et rassurez-vous, la majorité des enfants délaissent leur doudou aux alentours de 6 ans. Il faut juste patienter et se rappeler qu’Il n’y a pas d’âge pour aimer être câliné, rassuré et apaisé. 


Et justement que faire lorsque ce doudou si précieux se perd ou se détériore? 


Optez pour des marques solides qui s’engagent dans une garantie. Oui la garantie doudou existe bien, et il faut absolument y penser à l’achat. Des années plus tard, ce doudou sera peut-être un allié indispensable pour l’apaisement et le dodo de vos petits.

Justement la célèbre marque Doudou et Compagnie propose sur tous ses modèles, la garantie doudou: réparé ,re-fabriqué ou retrouvé, ce sont les mots d’ordre de la marque qui s’y engage, grâce aux numéros de série uniques de chacune de leurs pièces. 

À la maison nous avons opté pour leur doudou de la gamme Tropicool, si poétique, coloré, rassurant, amusant mais surtout tout doux pour apaiser nos petits dès le plus jeune âge et ce, pendant de nombreuses années.


Laetitia Happy Family. 

© 2019 Laetitia Happy Family, Tous Droits Réservés.